En quoi consiste un krach immobilier ?

Rate this post

Dans un monde où les prix de l’immobilier n’ont cessé d’augmenter au cours des dix dernières années, il est raisonnable de se demander si cet âge d’or ne va pas bientôt prendre fin. En fait, avant d’investir dans l’immobilier, il est courant d’essayer de placer ses espoirs autant que possible dans les revenus locatifs que dans la possibilité d’appréciation du bien que l’on a acheté. En cas de ralentissement économique, il est fort probable que la viabilité financière de votre investissement dans des biens locatifs soit remise en question. Il n’existe pas d’investissement sans risque et la probabilité d’une telle catastrophe est presque impossible à anticiper. Il est possible de se prémunir contre l’éventualité d’un effondrement du marché immobilier en appliquant la bonne méthode d’investissement dans l’immobilier.

Alors, en quoi consiste exactement un krach immobilier ? Que pouvez-vous faire pour vous en protéger ? Que pouvez-vous faire pendant une crise immobilière en tant qu’investisseur ? Les krachs immobiliers sont-ils une opportunité pour les investisseurs ?

Les Secrets de l’Immo, en tant qu’expert de l’investissement locatif clé en main en région parisienne, vous propose des pistes pour gérer les conséquences potentielles de l’éventualité d’un krach immobilier.

Qu’est-ce qu’un krach immobilier ?

Un krach immobilier se définit par une baisse rapide et soudaine de la valeur des biens immobiliers. Ainsi, une baisse de la valeur des biens immobiliers n’est pas nécessairement une source d’inquiétude dans le cas où cette baisse est gérée et prévue par les acteurs de l’économie (il est également possible de profiter d’un investissement locatif sur le marché où les prix des biens immobiliers baissent alors que la demande de services de location reste satisfaisante).

La baisse rapide des prix pourrait affecter de nombreux acteurs, surtout si l’on considère qu’une grande partie du marché immobilier est financée par le crédit. La baisse de la valeur des propriétés pourrait avoir un effet direct sur la valeur des garanties et augmenter le taux de défaut des investisseurs. En fin de compte, les propriétés sont saisies et/ou vendues, ce qui augmente la quantité sur le marché et, par conséquent, fait baisser les prix. Le cercle vicieux d’un krach immobilier peut être enclenché sans que l’on sache quand il se terminera.

Quelles pourraient être les causes du krach immobilier ?

Au-delà des ramifications qui suivent Le krach immobilier est souvent précédé d’un déclencheur initial qui n’est pas toujours significatif. Les causes varient et pourraient être aussi bien liées à la performance globale du marché immobilier (demande de location) qu’au marché du crédit (conditions de financement) et à leurs institutions financières.

Une baisse de la demande de location due à un choc externe

L’une des raisons qui peuvent déclencher l’apparition d’un krach immobilier est une baisse de la demande de biens locatifs sur un marché immobilier donné. En fait, la demande de location est une composante essentielle du rendement de l’immobilier qui détermine la valeur de la propriété est généralement ajustée à un certain niveau, avec une variance à la hausse ou à la baisse en fonction de la quantité de risque impliquée dans l’investissement.

LIRE  Comment construire un carport

Comme l’indiquent les locataires, le rendement de la location dépend de leur stabilité financière et de leur santé financière. Si les locataires n’ont pas assez de revenus pour payer le loyer et que vous avez une ligne de crédit, vous risquez d’être mis en défaut par la banque parce que vous n’êtes pas en mesure d’accéder aux sources pour le rembourser. De plus, pour attirer de nouveaux locataires, vous serez obligé de baisser les loyers.

Ainsi, un choc externe qui affecte la capacité d’achat des ménages ou la solvabilité de l’entreprise peut se reporter sur l’immobilier, et entraîner un krach économique dans ses suites.

L’insolvabilité des investisseurs

L’insolvabilité des investisseurs immobiliers touchés par une hausse soudaine de la demande locative pourrait provoquer un impact de second tour. Pour rembourser le prêt, ils sont obligés de vendre leur maison, ce qui entraîne une augmentation de la demande sur le marché immobilier. Si la demande est constante, le flux de nouvelles propriétés entraîne automatiquement une baisse du coût de l’immobilier puisque les acheteurs ont un plus grand pouvoir de négociation.

Détérioration soudaine des conditions de financement

Un autre facteur qui pourrait entraîner un krach économique dans l’immobilier est la diminution de la demande de biens immobiliers, ce qui signifie qu’il y a de moins en moins d’acheteurs susceptibles d’acheter des propriétés au coût actuel.

Cela pourrait résulter d’une crise économique où les niveaux de liquidité du secteur financier diminuent ainsi que par le biais du secteur financier.

En réalité, le secteur de l’immobilier est généralement financé par le biais du prêt bancaire. Si les conditions de financement se détériorent (par exemple, en cas de crise financière), les acheteurs potentiels seront dans l’incapacité d’acheter. Le nombre de propriétés sur le marché risque de ne pas attirer les acheteurs et pourrait entraîner un krach économique dans l’immobilier en raison de la baisse spectaculaire de la valeur des propriétés.

Est-il possible de prédire la possibilité d’un krach immobilier ?

Il faut se méfier des présages des oiseaux tout comme des diseurs de bonne aventure. Il existe des personnes influentes sur le web, dont l’argent provient du fait qu’elles discutent chaque semaine du dernier krach immobilier à venir et qui se sont trompées depuis plus de 30 ans aujourd’hui. De plus, ils sont payés pour vous faire peur avec leurs mots. Tout… N’hésitez pas à les créditer.

La réalité est que le krach immobilier est un événement imprévisible par nature, mais il est certain dans sa chance de se produire. L’économie est un cycle inverse (3 pas en avant pour deux pas en arrière) et vous serez confronté à une baisse plus ou moins importante de la valeur de l’immobilier, tout comme vous serez confronté à une croissance régulière et à des ralentissements.

La question n’est pas tant de savoir dans combien de temps le prochain krach du marché immobilier aura lieu, mais plutôt de savoir comment investir de manière appropriée afin de pouvoir affronter la tempête si elle se produit.

LIRE  Comment placer 1 million d’euros ?

Comment se protéger des dangers d’un effondrement du marché immobilier ?

Pour construire un portefeuille immobilier durable, il faut être résilient et trouver le bon équilibre entre prise de risque et profit. Être trop rapide et trop difficile dans le secteur de l’immobilier, c’est comme si vous construisiez la pyramide sur une fondation en papier. Attention, encore une fois, aux serials dans l’investissement immobilier qui ont tendance à s’emballer pour créer des locations de vacances en périphérie des villes… La crise du Covid a détruit quelques-uns d’entre eux.

Envisagez d’investir dans un bien de qualité situé au bon endroit

La majorité des nouveaux investisseurs locatifs se focalisent sur un aspect : le rendement locatif. Comme nous l’avons mentionné précédemment, cet indicateur financier est le rendement locatif par rapport au coût d’achat du bien. Si que le prix du bien est stable Plus le rendement locatif est élevé, plus l’achat est amorti rapidement. Par exemple, il faut 10 ans pour amortir un bien dont le rendement locatif annuel est de 10 % net chaque année. C’est plutôt intéressant, n’est-ce pas ?

La question est de savoir pourquoi les particuliers investissent leur argent dans des biens locatifs et espèrent un rendement de 5 % net par an. Seraient-ils des escrocs ?

La vérité est que la différence entre un rendement de 10 % et de 5 % est définie (sauf dans le cas de l’affaire du siècle ; ne vous y fiez pas trop) par ce que nous appelons la prime de risque. Parce que l’investissement avec un rendement de 10 % est plus risqué qu’un rendement de 5 % en raison, par exemple, du type de locataire, de son emplacement qui n’est pas apprécié ou de l’état de détérioration de la propriété, l’acheteur doit recevoir plus d’argent, sinon il serait préférable de passer à l’investissement avec un rendement de 5. C’est pourquoi on dit que le profit et le risque sont inséparables, et qu’il n’y a pas de profit sans risque.

Ainsi, en achetant au cœur des grandes villes où la demande locative est forte et où la tension immobilière est à son comble, vous prenez moins de risque en cas de krach immobilier ; cependant, votre rendement locatif aura du mal à dépasser 3 % net. En revanche, si vous achetez un appartement qui risque de se dégrader dans la Creuse, vous pouvez demander un rendement de 20 % pour compenser la possibilité de démolition et l’absence de demande de location.

Consultez : L’importance de la tension locative sur le rendement de votre investissement locatif.

Apporter un montant suffisant pour limiter le montant du crédit

Un investissement locatif sans crédit immobilier est économiquement peu judicieux d’un point de vue (en raison de l’effet de levier), cependant, contracter un prêt à 110% n’est pas idéal.

En réalité, plus les mensualités de votre prêt sont fréquentes par rapport à vos revenus, plus le risque est grand. C’est un processus naturel qui est déclenché par les factures impayées et la vacance locative fait courir le risque à votre patrimoine de ne pas pouvoir rembourser au prorata des impayés lorsque vous n’avez pas assez d’argent pour faire face aux moments difficiles.

LIRE  Investir dans l'immobilier à La Ciotat : Tendances et opportunités en 2023

Pour éviter de subir de plein fouet les effets d’un krach immobilier, le poids de vos dettes doit être régulé par un apport personnel suffisant pour que vous ne soyez pas dans l’obligation de vendre votre logement en cas d’urgence.

En savoir plus sur la façon de se prémunir contre la location de biens vacants.

Souscrivez la bonne assurance locative

L’assurance loyers non payés (GLI) et l’assurance loyers vacants sont d’excellents amortisseurs en cas de krach du marché immobilier (surtout lorsque vous avez investi dans des biens à haut rendement locatif). Elles vous permettent d’assumer le risque locatif et d’éviter la perte brutale d’une source de revenus (les loyers) souvent nécessaire pour couvrir vos mensualités de crédit et vos différentes dépenses.

Faites-vous guider par un professionnel dans votre investissement locatif

Un autre aspect crucial pour réduire votre risque et votre vulnérabilité au crash du marché immobilier est d’être assisté par des experts en investissement immobilier, en particulier si vous envisagez d’investir dans votre premier bien locatif.

Si vous disposez du personnel adéquat, il vous aidera à choisir le meilleur type d’investissement locatif en fonction de la structure générale de vos investissements.

Pour cela, vous pouvez faire appel à nos services d’investissement locatif clé en main sur la région parisienne. Responsables et avisés, nous vous aiderons à réaliser des investissements locatifs solides, tout en négociant les conditions de financement les plus favorables et en réalisant des travaux de transformation. Grâce à la qualité du bien que vous possédez et à nos recommandations, vous avez de grandes chances de survivre sans encombre à un éventuel krach immobilier.

Lire la suite : Comment réussir votre premier investissement locatif ?

Que faire en cas de krach immobilier dans le cas d’un investisseur en immobilier locatif ?

Si vous êtes un investisseur locatif en plein marasme immobilier et que vous avez construit un portefeuille solide, vous ne devriez pas avoir de problèmes insurmontables. Bien sûr, vous devrez être conscient du fait que cette période n’est pas parfaite ; cependant, vous disposerez des meilleures options pour la surmonter.

Le plus important est de ne pas paniquer et d’éviter de perdre votre sang-froid, ce qui pourrait vous amener à vendre vos biens à un prix inférieur. Si vous traversez une crise financière, vous ne devez vendre vos biens que si vous n’êtes pas en mesure de rembourser vos dettes. Dans ce cas, sachez que vous avez la possibilité de négocier la suspension de vos remboursements de crédit ou la restructuration de vos dettes afin de réduire vos mensualités.

Enfin, gardez à l’esprit que les effets d’un crash immobilier ne sont pas permanents et que le marché rebondira toujours d’une manière ou d’une autre, comme l’histoire nous l’a appris !

Laisser un commentaire