Qu’est-ce que la réforme PSC et qu’apporte-t-elle à la fonction publique ?

4.5/5 - (131 votes)

Si vous travaillez actuellement dans la fonction publique, il est très probable que vous ayez entendu parler de la réforme PSC (protection sociale complémentaire). Conçue dans le but de mieux protéger la santé des différents agents du public, celle-ci a pour ambition de mettre fin aux inégalités entre secteurs public et privé. Comment cela se traduit-il concrètement ? C’est ce que nous allons voir dans cet article !

Une obligation de la part des employeurs d’État de participer au financement

Afin de mettre fin aux inégalités que nous venons d’évoquer en introduction, il était nécessaire d’obliger tous les employeurs d’État à financer la PSC santé de leurs agents. Pour rappel, la participation est fixée à hauteur de 15 € brut par mois aujourd’hui, ce qui est clairement insuffisant. On prévoit ainsi qu’elle passe à 50% de la cotisation d’équilibre au minimum, ce qui est un gros pas en avant.

De plus, vous devez savoir que vous êtes libre d’adhérer à une PSC santé en tant qu’agent à l’heure actuelle. Avec la réforme, le contrat va devenir collectif et obligatoire, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour les personnes qui sont les plus fragiles.

Une meilleure protection sociale pour les agents publics

Bien que cette réforme ait été critiquée par certains employeurs qui sont désormais obligés de participer au financement de la cotisation, on peut dire qu’elle apporte plus de positif que de négatif. Avec des garanties plus élevées et plus adaptées à leurs besoins, notamment en matière de remboursement des frais médicaux, les agents publics vont bénéficier d’une meilleure protection sociale.

LIRE  Mon assurance moto temporaire inclut-elle mon passager

D’autre part, on peut noter aussi que cela va apporter une simplification administrative. En effet, il n’y aura qu’un seul contrat collectif obligatoire par employeur public alors que c’était assez nébuleux jusqu’à maintenant. Alors oui, certains business risquent de sauter avec la concurrence, mais on ne s’en plaindra pas vraiment !

Laisser un commentaire