1977 Londres. Sid Vicious invente le Pogo en sautant à grandes enjambées et en crachant sur les autres.
Sur scène Polystyrène couverte de bave crie I am a cliché.

1989 Bourges. Le Ouff d’Emmetrop, festival réactif en marge du printemps de la chanson française, se déplace à Saint Germain du Puy pour cause de concurrence avec le festival officiel, devenu plate-forme de communication des pouvoirs de l’alternance politicienne.
Commando Pernod. Le premier jour du Ouff les concerts sont retardés pour cause d’enterrement sur la place de l’église du village Berrichon. Les iroquois aux crêtes fluos participent de loin, en silence, à la cérémonie. Plus tard dans le gymnase, Les Wampas chantent les psychos tournaient en rond comme ma vie et Elie murmure zobi la mouche à l’oreille d’Elno (Négresses Vertes) qui s’écroule sur lui, ivre mort.

Bûcherons. L’année suivante les ouffs s’entassent dans la minuscule salle du bar du Rond Point. Le guitariste du groupe Hollandais free bruitiste Bat Attack fait couiner l’hippopotame en caoutchouc bleu que je lui ai prêté, alors que le pogo éjecte tout azimut. Les gens marchaient en l’air et le plafond se recouvrait de traces de Doc Marten’s.

Raides def ! Pendant le Ouff 91 je bourre une grosse peluche, suspendue en haut d’une potence, de fusées qui partent à l’envers visant directement le public, c’est la panique. Les keupons courent partout pendant que des milliers de pétards, mitraillettes éclatent dans des tambours de machine à laver. C’est la ronde des tueurs de bouchers, trois nuits durant.
Camouflage. Le dernier festival émigre dans un champ le long du canal du Berry. Les groupes se succèdent sous le petit chapiteau rouge. Ma grand mère que j’aimais mourrait pendant le festival et je me lançais les larmes aux yeux dans la danse des pingouins avec Docteur Destroy (ex-BB Doc).
Sur le parking de la piscine Robinson des garçons dorment à même le sol au milieu des autos. Autour des feux mourant, les cannettes envahissent la nuit de mille lumières. Le festival intimiste Emoson succède aux Ouffs et à la difficile proximité du monopole du Printemps de Bourges. Avec une programmation d’automne spécifique aux recherches sonores et visuelles, une pleine nuit est consacrée aux performances et musiques différentes. DJ Spooky, Scanner et Otomo Yoshihide y déconstruisent les cloisons sonores.
Salut à toi. Les rencontres et regroupements d’affinités créent la Tribu. Je rejoins mes petites sœurs pour une suite de performances actionnistes urbaines bricolées in situ à Rouen, Avignon, Chalons… Loran (ex-Bérurier Noir) grimé en indien racle sa guitare sans s’arrêter et le chien de Flo avale le foie-de-bœuf qui intervenait à un moment dans le troisième tableau et gerbe dans la voiture pendant le retour.
Drapeau noir. Emmetrop me propose d’intervenir dans un appartement vide du quartier HLM des Gibjoncs. Nous rejetons le DSQ (Développement Social des Quartiers à l’initiative de l’architecte Roland Castro) à l’origine des façades peintes en roses, et frontons néo-classiques fleurissant les entrées d’immeubles pour dissimuler la précarité. Dans l’Appartement Occupé ouvert au public, à des périodes différentes, je propose deux dispositifs in situ contraires ayant pour origine la même réalité.
En plein orage, je risque une installation-performance nocturne sur le parking de Champion.
Si cette expérience Appartement Occupé fut un moment essentiel dans mon parcours, c’est qu’elle n’avait pas pour objectif de produire de l’art social en HLM. Appartement Occupé permettait la mise en place d’une représentation ayant pour sujet cet endroit. Mais c’était aussi pour nous retrouver à Bourges dans ce quartier où habitaient plusieurs emmetropiens, et continuer à projeter des choses ensemble, … aller au marché, écouter de la musique, se baigner la nuit dans les marais, …
J’ai poursuivi cette expérience dans la résidence universitaire Rabelais chambre 321 invité par le confort Moderne à Poitiers. Au Transpalette en 1998 je réalise World Cup. Dans la partie verticale du bâtiment industriel, une sphère translucide de 8 mètres de diamètre se bloque à la première coursive, abolissant l’échelle du lieu, alors qu’un son nasillard et distordu, de supporteurs de foot hurlants dans un stade, résonne dans le béton.

Le manège enchanté. musée conserve boîte à poussière, un musée pour le futur / musée conserve boîte à verdure de la poussière sur mon avenir... Métal Urbain 1977.
Le Transpalette émerge de cette continuité propre à Emmetrop d’être au centre du mouvement de métamorphose des attitudes. Résistance Vigilance In Situ : produire du créatif réactif quand tout conjure à l’inertie, sans jamais plier sous la censure larvée des pouvoirs locaux qui anéantissent par usure. Musique, danse, arts visuels ne se pratiquent plus de la même manière c’est le temps des réhabilitations et des mixes.` Chez Emmetrop, c’est comme ça depuis toujours : explorer en toute liberté, inventer du sens hors du système des codes et des classifications ; induire des affinités et les transmettre à un public. D’autres friches plus convoitées par l’air du temps et trop dans le programmable, n’ont pas l’authenticité de ce territoire de la déviance suractivée aux airs de vieux squat autonome et libertaire telle que l’a été, dans le passé, l’Usine de Pali-Kao. Daniel Buren et Laurence Wiener n’ont pas été que de passage, ils ce sont impliqués pleinement avec l’équipe.

Soleil noir. Nicolas Moulin 2001 affecte tout le bâtiment du Transpalette d’une mise en abîme où des personnes sont invitées, au préalablement, à s’allonger dans des caissons en béton surgis du sol. Dès le rez-de-chaussée, une inquiétante pénombre laisse apercevoir une lueur jaunâtre indiquant le sens des gisants. Le visiteur aperçoit, par surprise, les dormeurs qu’il retrouvera, tout en haut, sur la dernière coursive dans la même situation. Ici le Transpalette d’identité Bauhaus n’est nullement honoré d’une stratégie gracieuse à l’architecture. Nous sommes directement plongés sous, entre et hors sol, initiés au tréfonds d’un sommeil abyssal.

Vivre libre ou mourir ! Tous les sous titres sont des chansons de Bérurier Noir sauf Raides def et Le manège enchanté de Ludwig von 88 et Drapeau noir de BB Doc.